dimanche, juin 16, 2019
Fréquence Sillé

Grand débat : Démocratie, citoyenneté, institutions

4 février 2019 Evénements

Synthèse des propositions

• Reconnaissance du vote blanc: oui presque unanime
• Proposition de refaire l’élection au cas où le vote blanc est majoritaire
• Vote obligatoire: avis partagé et remarque que grâce au vote blanc on pourrait avoir plus de participation
• Elections législatives décalées par rapport à l’élection présidentielle.
• Plus de billet libre pour 5 ans.
• Proposition de suppression du CESE et diminution du nombre de sénateurs et de députés.
• Proposition de réforme constitutionnelle pour donner plus de pouvoir au Parlement en limitant la pratique des décrets gouvernementaux et tout cela soumis à un référendum et pas à un congrès.
• Proposition de l’application d’une proportionnelle intégrale
• Avis contradictoire de maintenir un nombre important d’élus pour assurer une meilleure représentation des territoires et de citoyens.
• Proposition que le Sénat se préoccupe des questions territoriales et liées aux collectivités et faire disparaître la navette entre l’Assemblée et le Sénat puisque c’est toujours l’Assemblée qui a le dernier mot avec perte de temps.
• Proposition de transformer le CESE en assemblée citoyenne avec des membres tirés au sort et avec des séances régulières de questions au gouvernement comme au Parlement.
• Abaissement de l’âge du droit de vote à 16 ans pour rendre plus réelle la volonté d’impliquer la jeunesse et pour contribuer à un rééquilibrage dans le corps électoral du fait du vieillissement de ce corps. Le poids de la volonté des jeunes est minimisé. A 16 ans, on peut travailler, on a bénéficié pendant toute sa scolarité d’un enseignement moral et civique même si on pourrait aller plus loin dans l’enseignement civique et politique et la valorisation de l’engagement et les élections concernent par définition le futur et les jeunes sont évidemment concernés par ce futur.
• Il faut prendre des mesures pour écarter les forces de lobbying qui gravitent autour des instances de décisions et peuvent amener les décideurs la corruption morale ou politique voire pire. Il faut punir les parties prenantes de ce lobbying “cancer de la démocratie”.
• Il faut modifier le fonctionnement de l’Assemblée nationale pour que les députés soient présents ensemble, en circonscription au même moment, et en commission en dehors des heures des séances plénières.
• Les députés devraient être payés en fonction de leur présence réelle.
• Devant le constat d’absence de lieux pour que les jeunes se retrouvent et agissent ensemble, il est proposé de reprendre la politique des Mille-clubs qu’avait institué Malraux ou des maisons de jeunes et soutenir des radios libres qui sont des lieux où l’on peut s’exprimer.
• Si la puissance publique ne crée pas ces lieux, il faut que les territoires soutiennent ces initiatives citoyennes pour que les gens puissent se croiser et parler.
• Les valeurs d’aujourd’hui devraient être Fraternité, Egalité, Liberté.
• En tout, penser d’abord à ramener de l’Humain.
• Proposition de penser la question des migrations en termes de besoins en aide au développement sur les territoires d’origine des migrants pour qu’ils puissent développer leur vie au pays. Bloquer l’immigration clandestine pour éviter que les migrants clandestins ne soient victimes de nouvelles formes d’esclavage dans les pays d’arrivée et pendant la migration. Proposition de passer des accords avec des pays pour faciliter une migration officielle et protégée.
• Une proposition est faite de fermer les frontières pour empêcher le travail clandestin et recentrer les aides publiques vers les Français, par exemple les SDF.
• Proposition de travailler sur la question des migrations en la reliant au niveau international à la question de la transition écologique : le réchauffement climatique, le manque d’eau, la difficulté de vivre peuvent impacter les mouvements migratoires.
• Les citoyens doivent être rassurés sur le fait qu’il y a un contrôle sur le budget de l’Etat par le Parlement et être clairement informés de l’usage qui est fait de leurs impôts. Doute émis sur le contrôle de l’usage du CICE par les entreprises bénéficiaires.
• Proposition de légiférer pour éliminer les abus de certaines entreprises sur les contrats précaires et les intérimaires multipliés sans fin et favoriser la sécurisation par des CDD clairs ou des CDI.