vendredi, août 23, 2019
Fréquence Sillé

Grand débat : Transition écologique

4 février 2019 Evénements

Synthèse des propositions

• Obtenir la réduction des taxes sur le carburant, ça se comprend, mais pour des jeunes qui sont nés dans un monde déjà pollué, l’important est surtout de trouver des solutions pour moins polluer.
• Donner une prime à la conversion pour acheter une voiture neuve moins polluante ne suffit pas lorsqu’on a un petit revenu et lorsque les banques ne veulent pas suivre comment faire ?
• Il faut encourager la recherche avec une vision à long terme pour aller vers des vraies solutions alternatives aux voitures actuelles et électriques (tant qu’on n’a pas réglé par exemple la question de l’élimination des batteries au lithium), par exemple le moteur à eau, les technologies de l’hydrogène
• Pour faire baisser le prix des véhicules propres, il faut que leur volume de production augmente. Il serait bon par exemple que l’Etat et les collectivités passent commande pour l’ensemble de leur parc de ce type de véhicules pour un effet d’entraînement de baisse de leur prix et donc une meilleure attractivité pour les citoyens
• Il faut augmenter le pourcentage de véhicules ou rapprocher l’échéance actuellement fixée à 2025 pour plus de véhicules à faible émission polluante dans les services publics.
• Il pourrait y avoir aussi des lois pour peser sur les parcs automobiles des très grosses entreprises en pourcentage de véhicules non polluants.
• Créer un espace de rencontre et de discussion local pour échanger, partager des bonnes pratiques et avoir une réflexion citoyenne. Ca peut être un moyen pour soutenir l’écologie au niveau local. Les repair-cafés pourraient être un modèle de ce type de lieu.
• Il faut aider à faire connaître et faciliter l’activité des producteurs locaux, Amap…
• Il faut mettre en place des systèmes efficaces et incitatifs simples: par exemple, la remise en place de systèmes de consigne à l’entrée des magasins où le consommateur reçoit une petite pièce à chaque fois qu’il redépose une bouteille en verre ou en plastique à recycler.
• Il faut que tous les systèmes incitatifs, par exemple les aides à l’isolation ou au renouvellement du chauffage ne soient pas prévues sur des périodes courtes mais sur des longs termes et avec de la stabilité. • Il faut arrêter de culpabiliser les citoyens sur, par exemple, les quantités de déchets qu’ils manipulent; les vrais responsables sont les grandes sociétés qui par exemple créent des emballages et suremballages en plastique inutiles. Cela pourrait être aussi réglementé.
• La transition écologique demanderait la mobilisation de 60 milliards d’euros par année soit 600 milliards sur 10 ans. Ces fonds peuvent être trouvés par un ISF fléché vers la transition écologique ou la mise en place d’une taxe comme la taxe TOBIN.
• Développer les énergies renouvelables par la valorisation de nos côtes importantes en éoliennes offshore et hydroliennes.
• Ne pas installer d’éoliennes en campagne en opérant des déboisements pour leur laisser de l’espace.
• Associer les citoyens des territoires concernés sur tout ce qui concerne des installations polluantes ou à risque.
• Il faut encourager le ferroutage afin de limiter la pollution par les camions sur les routes. Il y a certains pays comme la Suisse où ça fonctionne bien.
• Il faut bien sûr faire des efforts au niveau local et national mais la part de population que nous représentons sur terre est très faible et il faut donc continuer à travailler avec force à une politique internationale priorisant les enjeux écologiques.
• Interdiction absolue de la publicité papier déposée dans les boîtes à lettres.
• Faire une priorité de l’installation de panneaux solaires sur les bâtiments publics comme par exemple le lycée à Sillé le Guillaume.
• Avoir une vraie politique de développement du rail pour irriguer les zones rurales.